lundi 2 mai 2016

Masteuriser Mantra, part 9 : Compte-rendu d'Eurydice




Dans cette neuvième partie de cette série d'articles, voici un nouveau compte-rendu écrit par un des mes joueurs réguliers, qui a participé aux playtests. Attention, auto-dérision et résumés parfois très très brefs ! Il s'agit de l'un des scénarios du livre de base.


À LA RECHERCHE D'EURYDICE

Ecrit par Vincent.

ATTENTION : NE PAS LIRE SI VOUS JOUEZ AVEC LE LIVRE DE BASE ! CE CR REVELE PAS MAL DE CHOSES.

Notre groupe est composé de :

  • Eurypide : 26 ans, astrologue gothic vintage.
  • Gaïa : 28 ans et ½ française bridée, débridée et guérisseuse.
  • Papa Gundû : 43 ans, chamane africain délirant qui guide les âmes vers les arrières-mondes.
  • « Bob » : 47 et ½, artiste (bon, disons musicien ou compositeur) anarchiste militant grand et osseux.

L'issue du Quiz posé par le meneur à la création des personnages nous révèle que nous aimons tous l'odeur du pétrole, et nous gagnons quelques bonus sympathiques !

CHOUETTE DES VACANCES !
Eurydice a disparu ! C'est pas de bol parce qu'elle avait plein de réponses à nos questions. Ça explique donc que tout le groupe se retrouve à bord d'un vol à destination de la Crête. Arrivés à l'aéroport, nous sommes écrasés de chaleur.

LES SDF
En post-anarchistes que nous sommes (ce que Bob constate avec ravissement), nous décidons de faire de l'auto-stop. Un joyeux couple de gays, Ancolpe et Acylte, se propose de nous emmener au palais antique de Cnossos qui se trouve à une heure de route de là. Leur voiture n'est pas bien terrible. Nous acceptons. C'est l'aventure qui commence !
En route, ils se confient à nous : rien ne va plus dans la capitale qu'ils viennent de quitter. Le minotaure, une espèce de monstre mi-homme mi-taureau sorti des légendes déforme toute la réalité. Ils sont terrorisés par la bête et fuient vers Cnossos. Ils semblent être comme nous, sensibles à la coexistence de plusieurs univers, puisqu'à leurs yeux une réalité prend le pas sur une autre.
Papa Gundû leur propose force fumigation pour les apaiser, mais peine perdue, ils restent très nerveux. Ils sont désespérés.

LES RUINES DE CNOSSOS
Comme il n'y a rien à faire dans ce coin perdu de Méditerranée, nous en profitons pour visiter les ruines de Cnossos. Les deux acolytes n'ont nulle part où aller ; ils nous accompagnent. Nous nous mêlons aux touristes qui ne nous accordent aucune attention ...et c'est tant mieux, ils sont tout aussi émerveillés que nous par les splendeurs passées de la cité minoenne.
Curieusement, thermes antiques et ruines actuelles se superposent. On ne sait plus où est la réalité et où s'arrête l'illusion. Les mosaïques sont magnifiques et ont conservé leurs couleurs d'antan.

LE SATYRE
Comme dans un rêve, les thermes prennent vie, se remplissent de baigneurs à l'heure de la détente. Parmi eux se trouve un personnage dominateur parfaitement androgyne. Sur un ton comminatoire, il propose à Bob un marché : il lui dira ce qu'il veut savoir s'il lui accorde le couple d'invertis. Un peu  comme s'ils appartenaient à Bob en propre. Point de vue d'une autre époque sans doute. Bob accepte son offre : après tout, ils trouveront les accommodements qui les arrangent. “Cela-ne-nous regarde pas.” Qu’on se dit. Nerveux jusque là, les deux énergumènes trouvent une stabilité (j'interprète, là?), se mêlent aux autres puis disparaissent. Papa Gundû de son côté a piqué une tête et a mis la main sur une statuette représentant quelque divinité de la fertilité sans tête. Il s'empresse de la réduire en morceaux.

LA VILLA
Sur les conseils du satyre, nous nous rendons dans un palais aux couleurs très vives qui semble intact. Il présente tous les traits d'une villa antique. Avant de pouvoir pénétrer dans le bâtiment, nous devons traverser un verger. Des sortes d'épées de Damoclès semblent pousser en guise de fruits. Nous sommes obligés d'emprunter un trajet à travers les arbres qui n'est pas sans rappeler un itinéraire labyrinthique (comme le cheminement des initiés aux rites pythagoriciens).
L'atrium est envahi par un fleuve noir. Il en émane l'impression qu'il charrie autant des souvenirs que des cadavres. La rivière tombe dans un puits de métal gigantesque et interdit tout accès à l'étage. Est-ce le Styx ou le Lété ?
Gaïa prélève un tube à essai de liquide noir en prenant bien soin de ne pas le toucher. Elle résoud aussi au passage une Réminiscence en découvrant la perle dans une pièce sans porte ni fenêtre. Mais le passage vers d'autres dimensions a entraîné chez moi la perte des détails de cette histoire...

OÙ IL EST QUESTION D'HADÈS
Papa se sert de son bâton pour communiquer avec les flots noirs. Il prend alors conscience que ce fleuve est un amas de cadavres avalés et régurgités en un cycle sans fin ! Le fleuve vient du monde des morts, le Sous-monde, gouverné par un dieu androgyne dont l'aura est incommensurablement plus puissante que celle du satyre présent aux thermes. Nous comprenons que nous faisons partie de cette dimension inconnue est glauque, que nos natures profondes ne sont pas vraiment humaines.

Les joueurs ont demandé s’ils pouvaient communiquer avec le passé, grâce à leurs Réminiscences. Le Maître de Jeu, dans sa grande sagesse, a répondu par non, arguant qu'on ne peut contrôler les Réminiscences.

Chaque fois que nous voulons introduire un nouvel élément à l'histoire ou  "forcer " un résultat sujet à discussion (il n'y a pas de jet de dés dans ce jeu résolus de manière aléatoire), on peut cependant dépenser une perle.

Une fois parvenus à l'étage, nous découvrons une esclave qui se lamente, enchaînée par le cou à un pilier sculpté. Ce pilier (symbole ityphallique ?) semble animé et se frotte à la tête de la jeune femme. A côté d'elle gisent une personne âgée et une fillette aux veines ouvertes. L’esclave nous explique que...
« Mes maîtres sont morts... à cause d'Eurydice... Elle n'est plus là... Elle est avec Thoth-Hermès, Il est avec le Minotaure. Il a un bec d’ibis, il absorbe du pétrole mystique. Là bas, au large...»

Soudain le Minotaure défonce un mur et surgit dans la pièce. Les débris volent et s’écrasent sur nous. Nous perdons une perle sous le choc. Justement, nous n’avons plus. Nous plongeons immédiatement dans une Réminiscence !

Le meneur déclenche le chronomètre en temps réel de 6 minutes. La réminiscence nous propulse dans ce qui nous apparaît comme une salle d'opération. Nous savons que nous devons trouver une chose minuscule : une perle. Atmosphère iréelle du rêve : des personnages se penchent sur une femme qui semble souffrir des âffres de l'accouchement. Le travail est de parturition est entamé et particulier. Elle gémit mais nous découvrons qu'un alien habite ses entrailles. Gaïa prend l'initiative de perforer la victime et s'empare d'une perle. À cette découverte, nous revenons à la réalité et au Minotaure. On remet les perles sur la table, plus une car nous avons réussi cette Réminiscence.

LE MINOTAURE
Après une lutte acharnée, nous remportons le combat mais Papa Gundû est sérieusement blessé. Enfin... le monstre n’est qu’étourdit. Il semble indestructible. Nous fuyons avant qu'il ne se ressaisisse. Nous perdons également de nombreuses perles. Au moment de redescendre vers le premier niveau des ruines, les qualités d'acrobate de Papa Gundû sont tellement catastrophiques que nous voilà à nouveau catapulté vers une nouvelle Réminiscence !

LE TRAIN
Cette fois-ci nous sommes dans un train. Le paysage défile par la fenêtre. Atmosphère onirique oblige : la voiture est envahie par des grenouilles ou des crapauds qui semblent se multiplier comme dans un cauchemar ! Nous savons que nous devons trouver une perle et c'est finalement Gaïa encore une fois qui sauve la situation en croquant frénétiquement (qu'est-ce qu'il faut pas faire !) les amphibiens un par un. (C'est tout ce que ma santé mentale me permet de me rappeler.) Une fois la perle trouvée, nous voilà happé vers la côte méditerranéenne par le truchement d'une ellipse dont notre bon meneur a le secret...



LA PLATE-FORME FANTÔME
Il y a bien en Crête, non loin de La Canée, une plate-forme pétrolière, là où nous a indiqué l’esclave délirante. En passant par la côte, nous louons les services d'un pêcheur pour nous y emmener. Nous attendons que la nuit tombe, réalisant, trop tard que le bruit du ressac sur les piliers ne couvre peut-être pas notre moteur, rendant inutile nos efforts pour être discrets. Le débarquement fut ardu. Une fois la moitié d'entre nous trempés et glacés, notre guide nous abandonne. Nous voilà seuls, de nuit, sur une construction métallique gigantesque chichement éclairée çà et là. Sur un hélico abandonné, une substance noire s'anime... Nous l'évitons soigneusement. S'ensuivent plusieurs péripéties : nous trouvons les Chroniques d'Eurydice éparpillées, un récit cryptique écrit par Thot-Hermès, puis Gaïa subit une attaque de Thot, une sorte de tueur en série doté d'un nez de pompe à essence fusionné avec le visage, un demi-dieu sans pitié. Après un combat acharné où nous sommes tous blessés ou délirants, nous nous débarrassons de cette horreur puis nous montons vers les hauteurs de la station. 

Nous y découvrons une salle circulaire. Une machine vivante, alimentée par des câbles et des tubes pleins de liquide noir mystique (bref, plein d'âmes recyclées), palpite au milieu de la pièce. Bob se retrouve hâpé par les tuyaux qui agissent tels des tentacules. Une incantation de Papa Gundû retentit et tout le groupe s'en sort vivant. Je résume, je résume. Nous découvrons que la plate-forme pompe directement le Sous-monde plutôt qu'une nappe de "vrai" pétrole.

THIS IS MALTA
L'enquête se poursuit à Malte, connue pour ses mégalithes très anciens. C'est au bord d'une plage que nous surprenons une cérémonie rituelle. Plusieurs individus en robe entonnent des chants destinés à invoquer une divinité. La langue de ces chants nous est totalement inconnue. Nous reconnaissons Euridyce au milieu des prêtres ! Elle est en train d'accoucher tandis qu’une divinité monstrueuse émerge de  l'eau : la chose-machine trouvée dans la plate-forme pétrolière. Une sorte de tête-bouche-vagin faite de pétrole mystique. Nous faisons capoter le rituel et nous avons le temps d'entrevoir Euridyce qui met au monde son double et y laisse la vie... Tout ce petit monde parvient à s'échapper. Nous parvenons ensuite à découvrir la villa où ils ont trouvé refuge.

NOIRS DESSEINS :
C'est une villa luxueuse sous haute surveillance. Notre tentative d'intrusion se solde par un échec et nous sommes lamentablement jetés dans les sous-sols de la villa. Il s'agit d'un réseau de grottes s occupé par le même puits métallique que celui des ruines de Cnossos. En guise de garde chiourme : un géant fait d’argile. Il maugrée contre celui qu'il appelle son “maître”. Nous ne tardons pas à savoir que cette créature prisonnière se nomme Emet et qu'il est le serviteur et la créature du Lion, le père d’Eurydice. Emet nous apprend pas mal de choses. Le Lion, un puissant sorcier du Sous-monde, allié du Minotaure et de Thot-Hermès, engrosse sa propre fille dans le but d'établir un passage vers d’autres Terres alternatives où ses doubles règnent sans partage, l’Empire du Lion.

Emet nous apprend aussi que son maître a autrefois trahi les siens, des gens comme nous, avant de trouver refuge sur Terre suite à une alliance contre nature. Papa Gundû, dans un éclair d'illumination, s'adresse à la porte, faite de liquide noir pensant, qui nous livre le passage et la liberté ! Nous pouvons enfin libérer la désormais toute jeune Eurydice et fuir cette maison de folie...